Graphisme écoresponsable

Éco-branding

L’éco-branding est un concept initié par Sylvain Boyer qui a pour objectif de réduire considérablement l’empreinte écologique de la communication visuelle en s’appuyant sur quatre axes d’actions: les logos, les couleurs, les typographies et l’UI.

L’éco-branding est une façon de créer tout en portant attention à l’impact de la communication visuelle sur l’environnement dans le but de réduire au maximum cet impact afin de préserver au mieux notre planète et ses ressources.

Je vous propose un petit tour d’horizon de l’éco-branding et espère ainsi vous convaincre de la nécessité d’appliquer ces principes dans vos futurs projets visuels.

Éco-logo

Le logo est l’image d’une entité, le socle de son identité visuelle. Il sera décliné sur absolument tous les supports de communication de l’organisation (carte de visite, affiche, packaging, site web, flyer, etc).

L’avantage d’un éco-logo est de consommer moins d’encre dans le but de réduire l’impact écologique de son impression.

Dans la pratique il faut affiner les contours ou limiter les aplats de couleurs dans la composition, ce qui rendra le logotype moins gourmand en encre. Pour simplifié un éco-logo réussi est un logo minimaliste avecx une palette de couleurs restreinte.

Éco-couleurs

Pour rendre une couleur écoresponsable, le premier geste à adopter est de favoriser l’utilisation de la quadrichromie aux couleurs Pantone par exemple car ces dernières nécessitent davantage de nettoyage des machines d’impressions et par ce fait utilisent plus des ressources telles que l’eau et génèrent des déchets.

Une éco-couleur ne dépasse pas 100% de taux d’encrage. Pour cela il suffit d’additionner le pourcentage de chacune des quatre teintes de la quadrichromie et ne pas dépasser la barre des 100%. Il est aussi intéressant de travailler sur la colorimétrie pour plus de durabilité dans l’utilisation des couleurs. Un noir à 85% consommera moins d’encre qu’un noir à 100% tout en restant agréable et presque identique à l’œil.

Un autre paramètre à prendre en compte est l’utilisation des aplats de couleurs très gourmands en encre. Ceci doit être réfléchi dans la création du design et les aplats utilisés avec parcimonie.

Éco-fonts

Une éco-font est une police d’écriture qui utilise le moins d’encre possible à l’impression.

Ce sont généralement des typographies fines et étroites (pour économiser des largeur de lignes par exemple dans un texte). Certaines polices standards sont déjà connues pour leur économie d’encre comme Century Gothique, Times New Roman ou encore Garamond.

UI – Interface utilisateur

Le quatrième axe d’amélioration et de réflexion de l’éco-branding est l’UI ce qui veut l’interface utilisateur d’un site internet comme d’une application. Une interface utilisateur écoresponsable dépend de la conception d’un design qui requiert moins de place sur un serveur, limite la consommation d’énergie et de bande passante, et préserve la durée de vie des batteries. En gros un design léger, optimisé et rapide.

Sylvain Boyer nous donne des pistes comme réduire la taille des fichiers pour réduire l’espace de stockage sur les serveurs. Il nous enseigne aussi que le black is the new green, et encourage les «black theme» ou «dark mode» sur la consommation d’énergie des appareils par rapport à l’affichage d’écrans blancs.

Alors vous êtes convaincu•es?

Retrouvez plus d’informations sur la page officielle du concept de l’éco-branding et contactez-moi pour réaliser ensemble votre prochain projet.